2014 comme possible

  • Théâtre
Archive 2014

Didier Ruiz

2014 comme possible ©

Présentation

2014 comme possible est le deuxième volet d'une série entamée en 2013 avec de jeunes habitants de Paris et sa banlieue, autour de la thématique « Adolescence et Territoire(s) » qu'Olivier Py et Paul Rondin avaient proposé à Didier Ruiz d'explorer. Au contact des adolescents alors réunis sur la scène des Ateliers Berthier, Didier Ruiz a vu se confirmer son intuition de départ : les paroles mettent en jeu des territoires bien plus intimes que géographiques. En transposant cette démarche de Paris et sa périphérie à Avignon et ses quartiers sud, les possibles dépassent la seule dichotomie intérieur / extérieur. Les remparts surmontés par les quinze adolescents avignonnais ne sont pas faits de pierre. Ils sont ceux qui réduisent les espaces mentaux, qui enferment la pensée dans les préjugés, qui font croire que les questionnements des jeunes ne sont pas partagés à tous les âges, ou qu'ils ne mériteraient pas d'être entendus. Interrogeant sur la scène leur rapport à l'autre mais aussi à eux-mêmes, à leur corps, à l'amour, au fait d'être mortel, ces jeunes gens deviennent à la fois acteurs et témoins de leurs singularités. La constitution du groupe naît d'une commune prise de conscience des individualités qui le composent, de la valeur de chacune d'entre elles, et de l'écoute qu'elle mérite. Dès lors, l'affirmation de soi n'est plus une lutte, mais une pleine et simple présence au monde.

En 1999, Didier Ruiz est sur le plateau du Théâtre Ouvert à Paris quand soudain il décide d'aller voir si les histoires qui se jouent dehors ne seraient pas plus saisissantes que celles qu'il incarne en tant que comédien. Sortant de la scène, il y fait entrer un élément qui d'habitude ne s'y trouve pas : une parole vraie. Didier Ruiz entame alors une première série de spectacles, Dale Recuerdos (Je pense à vous), qui atteint cette année son vingt-sixième volet, et qui convoque la mémoire de personnes âgées. Dans les récits exposés, Didier Ruiz retrouve le caractère sacré de l'acte théâtral : la vérité du présent qui s'énonce. Car pour le directeur artistique de La compagnie des Hommes, la mission du théâtre, qu'il accueille du réel ou de la fiction, est toujours la même : donner à voir et à entendre une humanité partagée. C'est le lieu où quelqu'un éteint les lumières, éclaire des êtres, et invite d'autres à les écouter. Auprès de ceux qu'il appelle « innocents » comme avec les « professionnels du mensonge » que sont les comédiens, Didier Ruiz est metteur en scène au sens propre ; il accompagne sur le théâtre les voix et les corps de ceux qu'il a réunis, et autour desquels il ajuste le cadre afin que s'y déploient les paysages que chacun recèle. Portraitiste, Didier Ruiz provoque une double découverte : le sujet du tableau s'étonne lui-même de l'étendue révélée, et le spectateur est bouleversé d'y voir le reflet de sa propre intériorité.

Marion Canelas, avril 2014

Distribution

Conception et mise en scène Didier Ruiz
Travail sur le corps Tomeo Vergés
Scénographie Charlotte Villermet
Lumière Maurice Fouilhé
Son Adrien Cordier
Assistanat à la mise en scène Sophie Mangin

Avec
Kévin Amisi, Yann Aroumougom, Youssef Ayadi, Paul Babaud-Dulac, Ilona Bordji, Constance Fréchon, Sarah-Isis Gaillardon, Manon Lehuede, Noémie Luong, Marine Perez, Liova Pinhas, Mathie Puglisi, Margot Reboulin, Dorian Urset, Ihab Zarioh

 

Production

Production Festival d'Avignon, La compagnie des Hommes
Avec le soutien de Vivendi Create Joy, Fondation SNCF, SACD
Avec l'aide de la Maison Pour Tous Champfleury, Collège et Lycée Mistral d'Avignon, Association départementale de Vaucluse pour la Sauvegarde de l'Enfance à l'Adulte, Avenir 84, Conservatoire à Rayonnement Régional du Grand Avignon, Lycée général et Lycée d'enseignement professionnel René Char d'Avignon, Collège Anselme Mathieu d'Avignon
En partenariat avec la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon

En photos

Infos pratiques