L'Histoire de Ronald, le clown de McDonald's

(La Historia de Ronald, el payaso de Mc Donald's)

de Rodrigo García

  • Théâtre
  • Spectacle
Archive 2004

Espagne

L'Histoire de Ronald, le clown de McDonald's © Bellamy / Festival d'Avignon

Infos pratiques

Présentation

Il aurait pu être boucher, comme son père. Mais Rodrigo García a choisi le théâtre de la chair. Enfant de la banlieue de Buenos Aires, Rodrigo García quitte l'Argentine pour Madrid, où il explore depuis 1989 une écriture théâtrale qui passe au scalpel les travers de la société de consommation. Avec sa manière radicale d'aborder le plateau, de provoquer le public sans gratuité, de générer une tension avec humour et humanité, le meneur de la compagnie La Carnicería Teatro (Boucherie Théâtre) est rapidement devenu l'un des auteurs les plus joués en Europe. La matière de son théâtre n'est pourtant pas la littérature, mais le corps même des acteurs mis en jeu et en danger afin de transformer et de questionner les objets de consommation qui façonnent notre quotidien. Rodrigo García a présenté au Festival d'Avignon 2002 After Sun et Je crois que vous m'avez mal compris.

L'HISTOIRE DE RONALD, LE CLOWN DE MCDONALD'S

Retrouver l'étrangeté des denrées produites en série par l'industrie des loisirs et des plaisirs artificiels. Exposer les dérives d'une éducation qui mutile la sensibilité des jeunes générations plongées dans un présent perpétuel. Raviver la poésie des matières et de la chair. Dans un rituel entrecoupé de paroles enragées, les corps des comédiens se vautrent dans l'onctuosité du lait, les flaques de vin et de coca-cola, comme des poissons hors de l'eau, comme des oiseaux pris dans une marée noire. Emblème de la consommation frénétique et de la boulimie d'un monde indigeste, le clown de Mc Donald's apparaît comme une figure séduisante et inquiétante qui rit de ses méfaits et de ses autodafés. Le langage inversé des publicités, les sentiments monnayés, la propagande policée du pouvoir politique, les tatouages des marques d'aliments et de vêtements qui enrégimentent les enfants sapent la confiance de l'individu dans la société. Trois comédiens hâbleurs font les quatre cents coups, commentent les images de Tom et Jerry ou de Margaret Thatcher sur une scène transformée en parloir, en déversoir, en dégueuloir. À mille lieues du théâtre de divertissement, cette performance plastique et critique utilise les sortilèges de l'art du détournement pour provoquer le sursaut et s'évader d'un monde devenu étranger à nous-mêmes.

Distribution

une proposition de : Rodrigo García
mise en scène Rodrigo García
interprétée par : Rubén Ametllie, Juan Loriente, Juan Navarro
avec la participation de : Candela, Nieves, Yago et de la fanfare le Fraisier
lumières : Carlos Marquerie
musique : Juan Navarro, Panasonic
costumes : Mireia Andreu
stylisme des maillots : Jaume Martinez et Mecánica.com
vidéo : Javier Marquerie (Buonafedes) d'après une idée de Rodrigo García
conception des projections : Ramón Diage et Maelstrom.com

Production

coproduction : Citemor 2002 (Montemor-o-Velho, Portugal), La Carnicería Teatro (Madrid), INAEM, Ville de Madrid
avec le soutien de : l'Onda pour les surtitres
texte français publié par : les Solitaires Intempestifs

En photos

En vidéo

En savoir plus