Amateurs et création

Le Festival d'Avignon propose à des citoyens de participer à chacune de ses éditions. Une manière de vivre le Festival de l'intérieur, d'en parcourir sa géographie et de partager intensément.

Amateurs et création

Feuilleton théâtral

69e édition // La République de Platon 

Le Festival d’Avignon lançait le feuilleton La République de Platon d’Alain Badiou en 2015. Ce projet, qui a réuni des artistes et habitants de la ville d’Avignon autour de lectures à voix haute, a transformé le jardin Ceccano et fait de La République un rendez-vous philosophique quotidien. Chaque jour et à heure fixe pendant toute la durée du Festival, des citoyens de tous âges, de toutes origines sociales, géographiques et culturelles ont fait la lecture à voix haute de cette République, fédératrice d'une mixité dans un projet commun au long cours. La mise en espace et la direction des lecteurs ont été réalisées par trois professionnels confirmés : Valérie Dréville, Didier Galas et Grégoire Ingold, avec l’aide des élèves-comédiens de l’ERACM (École régionale d’acteurs de Cannes-Marseille) qui ont, à partir du mois de février, travaillé avec les futurs lecteurs sur la prise de parole en public et la lecture à voix haute. Plus de 7000 spectateurs ont participé à ce voyage philosophique et citoyen.

En savoir plus sur
La République de Platon

70e édition // Le Ciel, la Nuit et la Pierre glorieuse, Chroniques du Festival d’Avignon de 1947 à... 2086

Pour la 70e édition, Thomas Jolly et de sa compagnie La Piccola Familia.a imaginé une pièce en épisodes où des récits de spectateurs se mêlent à des textes de critiques et à l’histoire du Festival « afin de raconter cette fête du théâtre, ce moment unique de partage ». Moments spectaculaires ou événements quotidiens, succès ou échecs, traversées des lieux mythiques, tragédies humaines, récits de spectateurs ou textes de  critiques… ici, tout a été matière à récits, à images, à chansons et à improvisations. Pour mener à bien ce projet, le metteur en scène a demandé à ses complices de diriger des ateliers à partir de témoignages collectés en direct, via les réseaux sociaux ou par un numéro de téléphone mis à disposition du public.

En savoir plus sur
Le Ciel, la Nuit et la Pierre glorieuse

71e édition // On aura tout

Le projet a été de creuser la ligne directrice du Festival autour de « L’art et l’être ensemble », en proposant à Christiane Taubira de choisir des auteurs et des textes , tous porteurs d’émancipation et de combats pour l’acquisition et le respect des droits et à Anne-Laure Liégeois d’accompagner une quarantaine d’hommes et de femmes volontaires de 10 à 77 ans à s’investir, dire et partager cette traversée philosophique, littéraire et politique hors norme. Articles, poèmes, essais, fictions d’hommes et femmes de lettres et de pouvoir, de philosophie et de justice, ont été lus et portés par des habitants au cœur d’un jardin public devenu hémicycle, amphithéâtre et tribune de tréteaux, afin d’être le lieu où la politique et le théâtre sont frères. Le jardin Ceccano, est devenu la scène et l'agora où il a été possible de déplier un feuilleton de la lutte par les mots… On aura tout a rassemblé plus de 8 000 spectateurs. Les extraits pour ceux qui n'auraient pu assisté au feuilleton ont généré plus de 8 500 vues.

En savoir plus sur
On aura tout

72e édition // Mesdames, Messieurs et le reste du monde

David Bobée a proposé de mettre à plat dans le jardin Ceccano les contresens, les tabous et les idées reçues sur un concept important pour repenser le droit à la non-discrimination, à la non-assignation : celui du genre. À partir de recherches sociologiques et d'un corpus littéraire et poétique, le metteur en scène a invité plus de 70 citoyens de 13 à 84 ans à incarner un des plus vibrants débats contemporains. Quand la sensibilité et les parcours de vie se racontent afin de comprendre les carcans quotidiens, les « normes » apprises et inconscientes mais aussi et surtout de célébrer la beauté des diversités, de dégenrer pour être libre ensemble. Près de 7 000 spectateurs se sont réunis dans le jardin Ceccano, quand Facebook Live a généré plus de 156 000 vues en une vingtaine de jours.

En savoir plus sur
Mesdames, Messieurs et le reste du monde

73e édition // L'Odyssée

C'est à Blandine Savetier que le Festival d'Avignon confie en 2019 le feuilleton théâtral. S'inscrivant pleinement dans la thématique de l'édition, c'est L'Odyssée d'Homère qui est racontée à travers ce projet en 13 épisodes. Accompagnée de comédiens issus du programme Ier Acte, la metteuse en scène a travaillée avec des citoyens amateurs de théâtre. Afin de faire entendre une grande diversité de voix, à l'image des aventures d'Ulysse, se sont produits notamment sur la scène des amateurs accompagnés par l'association Rosmerta (jeunes mineurs isolés), la Maison pour tous Monfleury, le Réseau Éducation Sans frontières, la Mission locale ou encore le Centre social Croix des oiseaux.

En savoir plus sur
L'Odyssée

Depuis 5 années, ce projet du Festival d’Avignon est réalisé en collaboration avec les collèges, lycées, associations du territoire, les académies d’Aix-Marseille et de Nice et grâce au soutien de la Direction régionale des affaires culturelles de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, de la Préfecture de Vaucluse et de la Fondation SNCF.

Au cœur

Instituteur et psychomotricien de formation, Thierry Thieû Niang est avant tout chorégraphe et crée depuis longtemps des espaces où chacun peut exister avec les autres. Pour la 70e édition du Festival d'Avignon, il s'est entouré de jeunes Avignonnais âgés de 8 à 18 ans, avec qui il a travaillé en ateliers toute l'année. Au cœur a été présenté dans trois lieux du Festival : la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon, la Collection Lambert et la chapelle des Pénitents blancs.

En savoir plus sur Au cœur

2014 comme possible

2014 comme possible est le deuxième volet d'une série entamée en 2013 autour de la thématique « Adolescence et Territoire(s) » où Didier Ruiz a vu se confirmer son intuition de départ : les paroles mettent en jeu des territoires bien plus intimes que géographiques. En transposant cette démarche à Avignon et ses quartiers sud, les possibles ont dépassé la seule dichotomie intérieur / extérieur. Les remparts surmontés par les quinze adolescents avignonnais ne sont pas faits de pierre. Ils sont ceux qui réduisent les espaces mentaux, qui enferment la pensée dans les préjugés, qui font croire que les questionnements des jeunes ne sont pas partagés à tous les âges, ou qu'ils ne mériteraient pas d'être entendus. Après une année d'ateliers, le spectacle a été joué lors de la 68e édition du Festival à la Chartreuse de Villeneuve lez Avignon.

En savoir plus sur 2014 comme possible

Paroles de Gonz'

Paroles de Gonz' sont ces paroles d'hommes à qui l'on a appris à ne pas être la gonzesse mais bien le gonz, l'homme, le mâle, le combattant. En associant paroles au mot argotique gonz, Nadjette Boughalem savait très bien ce qu'elle cherchait : faire se télescoper des réalités qui cohabitent peu. Avec des amateurs, elle nous pose cette question : comment « être » sans être désavoué par les siens ?. Des quartiers de Champfleury et Monclar à Avignon, où elle a longtemps été animatrice et adulte-relais, la metteuse en scène a amené au théâtre un grand nombre d'habitants. La Maison pour Tous de Champfleury, les résidences de travail à la FabricA et la programmation du Festival d'Avignon sont ses terrains de jeu favoris. Paroles de Gonz' a été joué à la Maison Jean Vilar lors de la 72e édition du Festival d'Avignon.

En savoir plus sur Paroles de Gonz'