Henry VI

de William Shakespeare

  • Théâtre
Archive 2014

Thomas Jolly

Rouen

Thomas Jolly propose à « la communauté éphémère » des acteurs et des spectateurs dix-huit heures de représentation pour suivre presque pas à pas la vie du roi d'Angleterre Henry VI, à travers trois pièces et quinze actes, en côtoyant cent cinquante personnages, historiques ou sortis de l'imagination de l'auteur, en assistant à deux guerres et aux multiples conflits de famille qui ont émaillés les années de règne de ce roi.
Henry VI © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Infos pratiques

Présentation

Épopée, saga, fresque historique, aventure théâtrale au long cours, odyssée dramatique... Quel qualificatif employer pour cet événement qui rompt avec les habitudes et oblige à sortir des calibrages et des conventions d'un théâtre qui parfois semble s'étioler, se réduire, se censurer lui-même ? Thomas Jolly propose à « la communauté éphémère » des acteurs et des spectateurs dix-huit heures de représentation pour suivre presque pas à pas la vie du roi d'Angleterre Henry VI, à travers trois pièces et quinze actes, en côtoyant cent cinquante personnages, historiques ou sortis de l'imagination de l'auteur, en assistant à deux guerres et aux multiples conflits de famille qui ont émaillés les années de règne de ce roi trop bon et trop pieux. Dans le chaos d'une époque en plein bouleversement, entre un Moyen Âge finissant et une époque moderne qui peine à sortir des limbes, William Shakespeare compose une trilogie complexe. Thomas Jolly et ses comédiens font le choix de s'en emparer et offrent un spectacle total. Ils nous installent dans un univers qui se joue des repères historiques et refuse toute forme de reconstitution, utilisant tous les genres possibles de représentations, passant de la farce au burlesque, de la comédie au drame et à la tragédie. Nous sommes conviés à une fête du théâtre. Un théâtre haletant et énergique qui se construit dans une simplicité de moyens. Un théâtre qui permet de magnifier la force du verbe shakespearien. Un théâtre « populaire » comme l'entendait Victor Hugo : « Il y a deux manières de passionner la foule au théâtre : par le grand et par le vrai. Le grand prend les masses. Le vrai saisit l'individu. »

La guerre des Deux Roses
La guerre des Deux Roses, qui ensanglanta l'Angleterre entre 1455 et 1485, a pour origine une querelle de succession entre deux branches de la famille des Plantagenêt, qui règne sur l'Angleterre à partir de 1216, les Lancastre et les York. Ces deux familles sont unies par les liens du sang, puisque descendantes directes du roi Edouard III, mais déchirées par les ambitions exacerbées par le règne tumultueux du roi Henri VI, un Lancastre. C'est son cousin Richard, duc d'York qui entame les hostilités en 1455, ce qui permettra à son fils Edouard IV de devenir roi en 1461, après avoir chassé le roi Henri VI. Les York vont alors régner sur l'Angleterre, malgré la poursuite des conflits, avec Edouard V puis avec le redoutable Richard III, jusqu'à l'arrivée sur le trône d'Henri VII Tudor, un Lancastre, qui épousera Elizabeth d'York, fille du roi Edouard IV, soeur du roi Edouard V et nièce du roi Richard III...

Jean-François Perrier, avril 2014

"Henry VI" est publié dans "Œuvres complètes III : Histoires I", aux éditions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, dans la traduction de Line Cottegnies.

Distribution

Mise en scène et scénographie Thomas Jolly
Assistanat à la mise en scène Alexandre Dain
Traduction Line Cottegnies
Collaboration à la dramaturgie Julie Lerat-Gersant
Lumière Léry Chédemail, Antoine Travert, Thomas Jolly
Musique et son Clément Mirguet
Costumes Sylvette Dequest et Marie Bramsen

Avec
Johann Abiola, Damien Avice, Bruno Bayeux, Nathan Bernat, Geoffrey Carey, Gilles Chabrier, Eric Challier, Armand Chomant-Planson, Alexandre Dain, Flora Diguet, Antonin Durand, Émeline Frémont, Damien Gabriac, Thomas Germaine, Thomas Jolly, Nicolas Jullien, Pier Lamandé, Martin Legros, Julie Lerat-Gersant, Olivier Leroy, Jean-Baptiste Papon, Charline Porrone, Jean-Marc Talbot, Manon Thorel, Antoine Travert

 

Production

Production La Piccola Familia, Théâtre National de Bretagne, Rennes

Coproduction Le Trident Scène nationale de Cherbourg-Octeville, Les Gémeaux Scène nationale de Sceaux, Comédie de Béthune Centre dramatique national Nord-Pas de Calais, Théâtre de l'Archipel Scène nationale de Perpignan, Le Bateau Feu Scène nationale de Dunkerque, Scène nationale Évreux Louviers, TNT Théâtre National de Toulouse Midi-Pyrénées, TAP Théâtre Auditorium de Poitiers, Quai des Arts-Argentan dans le cadre des Relais Culturels Régionaux, Théâtre d'Arras Scène conventionnée musique et théâtre, Centre dramatique national de Haute-Normandie

Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, de l'ONDA, 
de l'ODIA Normandie, de la Fondation BNP Paribas, de la Spedidam et de l'Adami 


La Piccola Familia est conventionnée par la DRAC Haute-Normandie, la Région Haute- Normandie, la Ville de Rouen et est soutenue par le Département de Seine-Maritime

En photos

En savoir plus