Corps de mots

  • Musique
  • Littérature
  • Spectacle
Archive 2014

Jeanne Moreau et Têtes Raides

Paris

Corps de mots © Christophe Raynaud de Lage

Infos pratiques

Présentation

La poésie, celle de Christian Olivier comme celle de grands auteurs, a toujours été un élément central dans l'histoire des Têtes Raides, dont de nombreux albums comportent la mise en musique d'un poète « invité ». En 2010, lors de la célébration du centenaire de Jean Genet à l'Odéon-Théâtre de l'Europe, Christian Olivier présente une lecture musicale dédiée à l'auteur. C'est alors que naît l'idée de réaliser un spectacle entièrement consacré aux poètes qui depuis longtemps le nourrissent, Corps de mots. Pour Christian Olivier, les mots sont de la matière. Par un double mouvement, ils emplissent les corps et ne prennent vraiment vie qu'en passant par la chair. Si dans ce concert le livre est là, au centre, visible et respectable, la musique des Têtes Raides modifie le rapport à ces textes denses : le sens surgit des sens. À une forme d'hommage s'ajoute une volonté de faire découvrir ou réentendre des textes parfois peu lus. Se faisant « courroies de transmissions », les membres des Têtes Raides offrent à Marina Tsvetaieva, Antonin Artaud ou Philippe Soupault un autre support que la page : des cordes et des cuivres, une énergie acoustique, pour les faire résonner, re-sonner, ou sonner autrement. Réunies par leur commune recherche de beauté, les phrases de Desnos, Dagerman, Rimbaud, Dubillard, Lautréamont ou Apollinaire, s'adoucissent au son du violoncelle ou prennent un air enjoué grâce à une clarinette. Pour preuve, Ginette, chanson phare du groupe, ne résiste pas à s'immiscer dans cette fête.

« La vie nous est donnée pour prendre des risques », affirme Jeanne Moreau. Elle en a pris souvent pour construire, par des choix audacieux, une aventure d'actrice de théâtre et de cinéma qui a fait d'elle une icône. Celle qui est devenue comédienne « comme on entre en religion », reste persuadée que jouer, « c'est faire tout entendre des mots des autres ». Jeanne Moreau n'avait pas chanté depuis de nombreuses années lorsque elle a participé à l'enregistrement du Condamné à mort de Genet, aux côtés d'Étienne Daho, en tant que récitante. Mais la musicalité si particulière de sa voix laissait poindre le chant. Têtes Raides participaient comme Jeanne Moreau et Étienne Daho au cycle consacré au centenaire de Jean Genet par l'Odéon-Théâtre de l'Europe, c'est là qu'ils se sont rencontrés et qu'est né Emma, un duo, titre phare de l'album L'An demain. Ils se retrouvent pour célébrer les poètes dans la Cour d'honneur.

Marion Canelas, avril 2014

Distribution

Textes de Guillaume Apollinaire, Antonin Artaud, Stig Dagerman, Lydie Dattas, Robert Desnos, Roland Dubillard, Jean Genet, Lautréamont, Christian Olivier, Raymond Queneau, Arthur Rimbaud, Philippe Soupault, Marina Tsvetaieva

Avec
Serge Bégout
(guitare, clarinette et piano)
Anne-Gaëlle Bisquay (violoncelle)
Éric Delbouys (tambour)
Pierre Gauthé (trombone, piano)
Christian Olivier (voix, accordéon, guitare)
Antoine Pozzo di Borgo (contrebasse, basse)
Jeanne Robert (violon)
Grégoire Simon (saxophone, accordéon, flûte)

 

Jeanne Moreau n'a malheureusement pas pu être des nôtres le 27 juillet, pour le spectacle Corps de Mots dans la Cour d'honneur du Palais des papes.
Pour des raisons strictement personnelles, Jeanne Moreau «accablée par cette décision, a tenu à s'excuser auprès du public du Festival d'Avignon, de toutes les équipes du Festival, d'Olivier Py et de Paul Rondin, des Têtes Raides et de Lydie Dattas».
C'est une immense tristesse pour la direction du Festival comme pour les Têtes Raides.
Jeanne Moreau était avec nous sentimentalement dans la Cour d'honneur le 27 juillet et sera toujours l'invitée du Festival d'Avignon, dont elle est la Papesse.

 

Production

Production Astérios Spectacles
En partenariat avec les Passagers du Zinc, la Sacem

Photos

Audiovisuel

En savoir plus