Comment ai-je pu tenir là-dedans?

une fable de J. Lambert-wild et S. Blanquet

  • Théâtre
  • Musique
  • Spectacle
Archive 2010

Jean Lambert-wild

Caen - Ile de la Réunion / Création 2010

Spectacle tous publics à partir de 7 ans.

Comment ai-je pu tenir là-dedans ? © Christophe Raynaud de Lage

Infos pratiques

Présentation

C'est à partir d'un des plus étonnants récits du recueil des Lettres de mon moulin que Jean Lambert-wild construit un spectacle tout public pour faire entendre l'histoire tragique d'une petite chèvre, celle de Monsieur Seguin, follement éprise de liberté et de grands espaces. Alphonse Daudet entraîne les lecteurs dans un parcours initiatique, de l'enfance à l'âge adulte, plus mystérieux et sinueux qu'il n'y paraît au premier abord. Dans son désir de liberté et d'aventure, l'héroïne transgresse des interdits de toute nature. Cette petite chèvre, perchée sur un monticule, se croit soudain toute puissante en regardant à ses pieds le monde qu'elle découvre. Elle est en cela semblable aux enfants qui, en grandissant, veulent faire du monde qui les entoure le terrain de toutes les expériences, sans peur et sans freins, assoiffés qu'ils sont de découvertes, de rencontres, d'aventures belles et excitantes. Si Alphonse Daudet, en bon disciple d'ésope et de La Fontaine, se sert de l'animalité pour dire l'humain, Jean Lambert-wild, dans sa rêverie théâtrale, se sert aussi de l'humain pour dire l'animalité. Il confie le "rôle" de la chèvre à une artiste qui, par un impressionnant travail gestuel et corporel, sait nous émouvoir et nous troubler. À ses côtés, nous traversons les merveilleux paysages inventés par le plasticien Stéphane Blanquet pour ce voyage féerique et surprenant qui n'est en rien l'illustration réaliste du récit, mais une vraie fantasmagorie qui s'adresse à l'imaginaire de chaque spectateur, petit ou grand. Tout en ayant conscience dès le début de la fin inexorable qui attend l'héroïne, nous sommes mystérieusement fascinés par le désir de vie de la petite chèvre, par sa volonté de passer outre les lois contraignantes qu'on veut lui imposer, par la force incroyable qu'elle manifeste pour s'éloigner d'un chemin tout tracé et jouir des plaisirs du monde dont ce pauvre Monsieur Seguin voulait la priver pour son bien. JFP

Distribution

direction Jean Lambert-wild
musique Jean-Luc Therminarias, Léopold Frey
scénographie Stéphane Blanquet et Jean Lambert-wild
assistanat scénographie Thierry Varenne
lumière Renaud Lagier
son Christophe Farion
costumes et accessoires Olive
voix André Wilms

avec Silke Mansholt

Production

production Comédie de Caen Centre dramatique national de Normandie

Photos

Audiovisuel

En savoir plus