Antigone - concert fiction

Texte inédit de de Stéphane Michaka, d’après la pièce de Sophocle

  • Lecture concert
  • Fictions & émissions
Archive 2017

Avec France Culture

Antigone - concert fiction © DR

Infos pratiques

Présentation

Plutôt qu'une simple traduction ou transposition radiophonique, j'ai imaginé cette Antigone comme une réécriture de la pièce de Sophocle. Si les scènes-clés, celles des grandes confrontations, suivent le canevas originel et certaines répliques mot pour mot, j'ai pris en revanche de grandes libertés avec la figure de Tirésias. Le devin aveugle devient notre guide à travers l'histoire. Et puisque la radio, en captant les voix intérieures, permet d'explorer la psyché des personnages, j'ai voulu plonger dans les tourments de Créon, sa monomanie de souverain assiégé (alors que le siège de Thèbes a pris fin). Faire entendre aussi, plutôt que la seule radicalité d'Antigone, l'amplitude de son amour, le lait de sa tendresse humaine, qui nous touchent peut-être davantage aujourd'hui que ses postures inexorables. Pour faire dire à Antigone : « Je suis de ceux qui partagent l'amour, et non la haine », Sophocle a forgé le néologisme sumphilein (aimer ensemble). La tragédie personnelle d'Antigone, son choix de rejoindre les morts, est une offrande faite aux vivants : une rébellion lumineuse a vu le jour vers 440 avant Jésus-Christ, et la conscience d'Antigone est devenue la nôtre. Elle se tient, comme l'écrit George Steiner, « sous la surface de nos actes de paroles ». C'est dans ce sens que le réalisateur Cédric Aussir et moi avons travaillé avec Didier Benetti, compositeur et chef d'orchestre de cette Antigone. La musique peut faire entendre ce que les mots ne disent pas, ou disent avec l'ambiguïté propre aux tragiques grecs. Les instruments se substituent au choeur des vieillards de Thèbes, tantôt en désaccord et tantôt en empathie avec les protagonistes, nous guidant tel le devin Tirésias à travers les présages.

Stéphane Michaka

Distribution

Concert Fiction – Création avec le soutien de la SACD

Composition originale et direction Didier Benetti
Violoncelles Raphaël Perraud, Oana Unc- Marchand, Carlos Dourthe, Renaud Malaury, Marlène Rivière, Pierre Vavasseur
Flûte Adriana Ferreira
Hautbois et cor anglais Laurent Decker
Clarinette François Miquel
Basson Frédéric Durand
Cor Vincent Léonard
Percussion Florent Jodelet, Harpe Frédérique Garnier, Clavier Franz Michel

Avec Judith Chemla (Antigone), Marion Malenfant (Ismène), Luc-Antoine Diquéro (Créon), Pierre Moure (Hémon), André Oumansky (Tirésias)

Réalisation Cédric Aussir

Production

Production France Culture, Orchestre national de France
Avec le soutien de la SACD

Photos

En savoir plus

Et…