Babel 7.16

  • Danse
  • Spectacle
Archive 2016

Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet

Anvers - Bruxelles

La pièce convoque le choc des langues et des corps porteurs de différentes nationalités, la diversité et la difficulté à être dans la coexistence et confronte l'unicité à la communauté. Elle questionne notre rapport au changement où la technologie modifie constamment nos empathies et nos connexions.

Babel 7.16 © Christophe Raynaud de Lage

Infos pratiques

Présentation

Babel 7.16 : réactualisation ou recréation ? Aujourd'hui, pour les chorégraphes Sidi Larbi Cherkaoui et Damien Jalet, il ne s'agit plus de voir la pièce dans les mêmes dispositions que celle de 2010 du triptyque composé avec Foi et Myth. L'extension du titre en est l'incarnation : 7.16 fait autant référence aux codes des logiciels qu'aux versets d'un texte sacré, à une date contemporaine qu'au pouvoir d'une numérologie archaïque. La pièce convoque le choc des langues et des corps porteurs de différentes nationalités, la diversité et la difficulté à être dans la coexistence et confronte l'unicité à la communauté. Elle questionne notre rapport au changement où la technologie modifie constamment nos empathies et nos connexions. Babel 7.16, tout comme la pièce originale, met en scène des danseurs qui partagent avec humour leurs héritages immuables mais en métamorphose constante. Danser cette contradiction, c'est comme explorer les mots par le corps, éviter l'écueil de l'indicible grâce au geste et à l'action. Dans le mythe initial, il est dit que Dieu ne voulait pas partager son territoire, les hommes, eux, voulaient se rapprocher de Lui. « Le partage est une décision, une attitude, face aux événements traumatiques notamment. Ces instants où l'extrême solidarité se confrontent à la peur de partager ». En invitant au plateau l'intégralité des danseurs qui ont fait de Babel une référence chorégraphique, les deux chorégraphes issus d'une Belgique flamande et francophone, divisée et unitaire, ont placé la masse, l'histoire et le territoire dans la Cour d'honneur du Palais des papes. Dans le centre des centres, là où les murs continuent à nous raconter des histoires de prérogatives et d'immuabilité du pouvoir et de la religion mais subliment et accueillent le vivant dans sa complexité.

Distribution

Chorégraphie Sidi Larbi Cherkaoui, Damien Jalet
Musique Patrizia Bovi, Mahabub Khan, Sattar Khan, Gabriele Miracle, Shogo Yoshii
Conseil musical Fahrettin Yarkin
Scénographie Antony Gormley
Assistanat chorégraphique Nienke Reehorst
Dramaturgie Lou Cope
Texte Lou Cope, Karthika Naïr, Vilayanur Ramachandran
Costumes Alexandra Gilbert
Lumière Urs Shoenenbaum, Adam Carrée

Avec Aimilios Arapoglou, Magali Casters, Navala "Niku"Chaudhari, Sandra Delgadillo, Francis Ducharme, Jon Filip Fahlstrom, Leif Federico Firnhaber, Darryl E. Woods, Damien Fournier, Ben Fury, Aliashka Hilsum, Ulrika Kinn Svensson, Kazutomi "Tsuki" Kozuki, Paea Leach, Josepha Madoki, Christine Leboutte, Nemo Oeghoede, James O'Hara, Helder Seabra, Mohamed Toukabri, Majon van der Schot, James Vu Ahn Pham et les musiciens Kazunari Abe, Patrizia Bovi, Mahabub Khan, Sattar Khan, Gabriele Miracle, Shogo Yoshii

Production

Production Eastman, La Monnaie/De Munt (Bruxelles)
Coproduction Sadler's Wells (Londres), Fondazione Musica per Roma, Grand Théâtre de Luxembourg, Fondation d'entreprise Hermès, Theaterfestival Boulevard ('s HertogenBosch), Migros Culture Percentage Dance Festival Steps (Zürich), Ludwigsburger Schlossfestspiele, Festspielhaus Sankt-Pölten, La Villette (Paris)
Avec le soutien  de Dash Arts 2010 programme on Arabic Arts, Garrick Charitable Trust, Fondation BNP Paribas, gouvernement de la Flandre et la Ville d'Anvers

Photos

Audiovisuel

En savoir plus