Ubu

d'après "Ubu sur la butte" et "Ubu roi" d'Alfred Jarry

  • Théâtre
  • Spectacle
Archive 2015

Olivier Martin-Salvan

Paris-Brest / Création 2015 / Première en France

Ubu © Christophe Raynaud de Lage

Infos pratiques

Présentation

À la lumière du Surmâle, roman d'Alfred Jarry moins connu que ses pièces, l'acteur Olivier Martin-Salvan découvre des aspects du Père Ubu qui mettent en doute la bouffonne candeur qui lui est d'habitude attribuée. Une cruauté obscure, une violence abrupte et une sexualité outrancière confèrent des revers moins joyeux au grand enfant que représente le Père Ubu. Dans Ubu sur la butte, Alfred Jarry reprend l'action d'Ubu roi sous une forme plus dense, déniant toute psychologie à ses personnages. Le décervelage qui règne dans la pièce a conduit les plasticiens Clédat & Petitpierre à proposer un décor radical : un terrain d'aérobique. Les combinaisons moulantes propres à cet univers, la lumière crue et la musique abrutissante des salles de sport assimilent avec astuce la vaine dépense physique et l'acharnement à accéder au pouvoir. Répéter des gestes, se soumettre à des concours pour gravir un podium ou gagner une médaille semble répondre à une pulsion du même type que celle qui mène le Père Ubu à multiplier les crimes pour conserver le pouvoir. Les spectateurs, répartis autour de la scène comme autour d'un ring, assistent dans le détail à la montée en puissance d'une dictature qui, quoique grotesque, évoque avec frissons des travers répandus.

Né en 1873 à Laval et mort en 1907 à Paris, l'original et parfois scandaleux Alfred Jarry décline en plusieurs pièces le personnage qui forge sa gloire au théâtre :Ubu roi, Ubu cocu, Ubu enchaîné et Ubu sur la butte, qui moquent l'avidité, l'égoïsme et la bêtise du dictateur ventripotent. Dans les romans qu'il écrit par ailleurs, notamment L'Amour en visites, Messaline ou Le Surmâle,le père de la pataphysique hisse par l'absurde les traits humains jusqu'à l'automatisme, inventant des pantins excessifs en toute chose, qu'il s'agisse de pouvoir, de chair ou de transgression de l'ordre social.

ITINÉRANCE 
Fils de la décentralisation depuis 1947, le Festival d'Avignon décide de redistribuer ses cartes à partir de son épicentre et d'aller au-delà de ses remparts physiques et symboliques. Suite à la première tournée du Festival hors les murs et au succès d'Othello, Variation pour trois acteurs de Nathalie Garraud et Olivier Saccomano, l'itinérance se poursuit avec Ubu d'Olivier-Martin Salvan. Quinze lieux dessinent une nouvelle cartographie, vous invitent sur les routes et rapprochent le Festival d'Avignon des habitants de son territoire.

Distribution

Conception Olivier Martin-Salvan
Regard extérieur Thomas Blanchard
Adaptation collective

Scénographie et costumes Clédat & Petitpierre
Musique David Colosio
Chorégraphie Sylvain Riejou

Avec
Thomas Blanchard
Le prince Bougrelas, Un noble, Le greffier, Un magistrat, Le financier, Nicolas Rensky, le Czar
Robin Causse
Le Palotin Giron, Mathias de Koenigsberg, Un noble, Un magistrat, Un soldat polonais, L'Ours
Mathilde Hennegrave La reine Rosemonde, Mère Ubu, Un soldat russe
Olivier Martin-Salvan Père Ubu
Gilles Ostrowsky Le roi Venceslas, Un noble, Un magistrat, Le général Lascy

Production

Production Tsen Productions
Coproduction Festival d'Avignon, Le Quartz Scène nationale de Brest, Théâtre du Beauvaisis Scène nationale de l'Oise en préfiguration, Les Tréteaux de France Centre dramatique national, La Comète Scène nationale de Châlons-en-Champagne, La Péniche Opéra
Avec l'aide de l'Odéon-Théâtre de l'Europe, Théâtre Gérard Philipe Centre dramatique national de Saint-Denis

Photos

Audiovisuel

En savoir plus