Ricercar

  • Théâtre
  • Spectacle
Archive 2008

François Tanguy / Le Théâtre du Radeau

Le Mans

Ricercar © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Infos pratiques

Présentation

Le parcours théâtral de François Tanguy est indissociablement lié à celui de sa compagnie Théâtre du Radeau avec laquelle il invente depuis 1982 la totalité de ses créations. Véritable travail permanent de recherche sur la représentation théâtrale, questionnement sans cesse renouvelé “des possibilités de la dramaturgie”, c'est d'art qu'il s'agit ici et non de communication, de curiosité ludique et non de divertissement. Un art du théâtre revendiqué comme tel, d'un théâtre où il faut “être ensemble” pour visiter le lieu et le temps théâtral. Chaque œuvre de François Tanguy et du Théâtre du Radeau est le fruit d'une démarche patiente et collective, faite de recherche de textes, de musique et d'improvisation de jeu, ce qui explique la rareté des créations. Depuis Mystère Bouffe en 1986 jusqu'à Ricercar en 2007, c'est une œuvre unique qui nous est offerte, une œuvre qui creuse lentement son sillon. Jeu de Faust (1987), Woyzek-Büchner, fragments forains (1989), Chant du bouc (1991), Choral (1994), Bataille du Tagliamento (1996), Orphéon (1998), Les Cantates (2001), Coda (2004), autant d'étapes, autant d'états des lieux d'une recherche qui entrecroise sans cesse tous les éléments de la représentation théâtrale.

Artiste exigeant et généreux, François Tanguy prend le temps nécessaire pour ses projets ambitieux qu'il réalise avec passion. Pour Ricercar, il a de nouveau réuni un collectif d'acteurs et de techniciens pour faire un théâtre de résistance aux modes, aux facilités du divertissement superficiel, aux théories sectaires, au formalisme, à l'abêtissement, un théâtre qui met en son centre le plaisir de la réflexion, la force de l'imaginaire, la violence de la poésie dramatique. Un théâtre de l'urgence qui ne se crée pas dans la confusion mais dans la rigueur et qui convoque sur le plateau tous les arts qui peuvent l'enrichir et sans lesquels il ne serait peut-être qu'une coquille vide : peinture, musique, littérature, philosophie… Un théâtre du cérémonial qui se construit et se détruit dans un même mouvement, un théâtre qui se compose et se décompose, s'efface et renait, qui se retourne comme un gant, un théâtre de la répétition des motifs. Le ricercar est une forme musicale contrapuntique moins élaborée que la fugue, laquelle est plus tardive et exploite un thème générateur de façon systématique, alors que le ricercar enchaîne des épisodes différents qui peuvent être sans lien thématique. Comme François Tanguy l'explique, “l'intitulé Ricercar, s'il évoque ces mouvements d'entrelacs, de reprises, de diversités des sources et des dynamismes sonores, sera ici l'indication d'un ‘milieu', dérivé du mot lui-même. Ricercare : rechercher, faire le tour de, parcourir… Cela, l'inscription revenante des figures, des corps, des vocables, dans l'apparaître de l'espace et du temps – délibérations sans cesse reprises, convoquées et révoquées du vif et du mort, des simulacres et des sens, des airs et des herbes.” Sur le plateau, le théâtre se met lui-même en scène. Il ne s'agit pas seulement de faire entendre les mots de François Villon et de Dante, de Pirandello et de Kafka, d'Ezra Pound et de Mandelstam, de Liszt, Berio, Berg, Verdi, Stravinsky ou Beethoven ; François Tanguy et ses compagnons élaborent à partir de ces univers littéraires et musicaux un monde de fiction et d'invention, peuplé de corps désarticulés qui se meuvent dans un espace cadré-décadré, fait de profondeur, de diagonales savantes, d'ombres et de lumières, de planches et de tulles, qui modifient sans cesse l'approche et la perception des images. Le spectacle est construit méticuleusement dans cette fragmentation permanente qui laisse des temps de suspension et de respiration où tout semble pouvoir arriver sur le plateau. Un théâtre qui fait une absolue confiance à chaque spectateur et à son incommensurable capacité à rêver, à s'étonner, à accepter le trouble, à pénétrer les ténèbres, à traverser le miroir des faux semblants, à partager ces moments ineffables que nous offrent François Tanguy et le Théâtre du Radeau. JFP

Distribution

mise en scène, scénographie, lumières: François Tanguy
élaboration sonore: François Tanguy, Marek Havlicek
avec: Frode Bjørnstad, Laurence Chable, Fosco Corliano,
Claudie Douet, Katia Grange, Jean Rochereau, Boris Sirdey
technique et production: Théâtre du Radeau

Production

coproduction: Théâtre du Radeau (Le Mans), Théâtre national de Bretagne-Rennes, Centre chorégraphique national Rillieux-la-Pape – compagnie Maguy Marin, Théâtre Garonne-Toulouse, Festival d'Automne à Paris, Odéon-Théâtre de l'Europe, Festival d'Avignon
Le Festival d'Avignon reçoit le soutien de l'Adami pour la production

Photos

Audiovisuel

En savoir plus