Airport Kids

  • Théâtre
  • Spectacle
Archive 2008

Lola Arias, Stefan Kaegi

Buenos Aires / Berlin / Lausanne / Création 2008

Airport Kids © Christophe Raynaud de Lage / Festival d'Avignon

Infos pratiques

Présentation

Leur vie est faite d'une multitude de langues. Lola Arias est argentine, Stefan Kaegi est suisse et vit à Berlin. Ils travaillent tout autour du monde, parlent anglais, allemand, espagnol, français, et aiment s'entretenir en portugais, la langue de leur premier spectacle ensemble, de leur rencontre, à São Paulo, pour Chacara paraiso (2006), un travail avec des policiers, sur la parole policière. Stefan Kaegi est, avec Helgard Haug et Daniel Wetzel, membre fondateur de Rimini Protokoll, collectif théâtral berlinois pratiquant le “trafic d'art”, mêlant réalité et représentation : dans Kreuzworträtsel Boxenstopp (2000), quatre dames octogénaires s'improvisaient expertes en F1 et chercheuses en matière de grande vitesse ; avec Shooting Bourbaki (2002), cinq adolescents de Lucerne partageaient leur savoir balistique et leur plaisir du tir au pistolet; dans Deadline (2003), cinq médecins racontaient leurs approches de la mort; et dans Mnemopark, à Avignon en 2006, cinq retraités passionnés de modélisme et une jeune comédienne en chef de poste d'aiguillage, revisitaient la Suisse de toujours en trains miniatures. Lola Arias est auteure, metteuse en scène et performeuse. À Buenos Aires, elle a créé la Compañia Postnuclear, un groupe d'artistes de différentes disciplines avec qui elle a mis en scène plusieurs spectacles. Sa dernière création qui est une trilogie, Striptease, Rêve avec revolver et L'Amour est un franc-tireur, travaille sur la tension entre le réel et la fiction. Ses œuvres sont présentées dans différents festivals internationaux et ses textes sont traduits en français, en anglais et en allemand. Airport Kids est leur deuxième spectacle commun.
Au Festival d'Avignon, Stefan Kaegi/Rimini Protokoll a déjà présenté Mnemopark et Cargo Sofia-Avignon en 2006.

On les appelle “enfants nomades”, “enfants portables”, “enfants mobiles”, ils voyagent d'un pays à l'autre mais en gardant le sentiment d'être au même endroit, ils sont bilingues ou trilingues, ont deux ou trois passeports, des cartes de crédits, une messagerie instantanée, des amis connectés partout et un vocabulaire diplomatique. Le directeur d'une école internationale en parle comme des “enfants de troisième culture”, ni locale (le lieu de naissance), ni nationale (la patrie d'accueil), mais globale et intime à la fois, que tous partagent dans le monde et qui pourtant n'appartient qu'à eux. Stefan Kaegi et Lola Arias les ont rencontrés près de Lausanne où les sièges sociaux de sociétés multinationales les ont rassemblés, souvent pour quelques mois, avant que leurs parents ne soient nommés ailleurs. Les deux artistes ont également rencontré des enfants étrangers qui arrivent depuis le tiers-monde, nouveaux réfugiés, adoptés, abandonnés, qui se mêlent aux premiers. Lors d'un atelier, des enfants de 8 à 14 ans ont été choisis, originaires d'Inde, du Maroc, du Brésil, de Chine, de Roumanie, de Russie et d'Angola. Avec eux, Stefan Kaegi et Lola Arias inventent depuis quelques mois des histoires, des fictions, des scènes, à partir de leur vie nomade et des croisements de leurs cultures, de leurs langues, de leurs imaginaires fécondés par les techniques de communication ultramodernes. Ce sont des formes brèves, collectives, parfois chantées, souvent partagées par l'image, la vidéo, la connexion électronique et numérique, qui se jouent dans des boîtes (en carton, en aluminium) où chacun a recréé son monde. Cachés, isolés, en transit à cer-tains moments ; ouverts, généreux, inventifs à d'autres, ces enfants cherchent surtout une boussole pour entrevoir un futur mondial qu'ils imaginent déjà presque derrière eux. Ce sont les enfants postmodernes, apprentis sorciers qui effrayent par leur mélange instantané d'innocence et de savoir technologique, mais gardent en eux, cependant, des réserves inépuisables d'utopie. ADB


Distribution

mise en scène: Lola Arias et Stefan Kaegi
avec des “nomades mondiaux” âgés de 8 à 14 ans: Oussama Braun, Patrick Bruttin, Julien Ho, Kristina Kovalevskaya, Aline Lidia de Mello Morais, Clyde Philippoz, Sarah Serafim (distribution en cours)
dramaturgie: Florian Malzacher
scénographie et lumières: Dominic Huber
musique: Stéphane Vecchione
vidéo: Bruno Deville
assistants: Fabienne Rossier, Boris Brüderlin
production déléguée: Théâtre Vidy-Lausanne

Production

coproduction: Festival d'Avignon, Hebbel-am-Ufer (Berlin), Theater Chur
avec le soutien de: Pour-cent culturel Migros

Photos

Audiovisuel

En savoir plus