Médée

de Euripide

  • Théâtre
  • Spectacle
Archive 2000

Jacques Lassalle

France / Création 2000

Médée ne mendie pas notre compassion ; elle ne nous invite pas, pas plus qu'elle n'invite les femmes du chœur, à oublier l'immémorial interdit qui frappe ses derniers crimes ; mais elle passe outre, et fascinés autant que transis d'horreur, nous passons outre avec elle.

Infos pratiques

Présentation

“Lorsqu'il décide, le premier et le seul semble-t-il, d'intégrer Médée dans la galerie des grands mythes du théâtre grec, Euripide semble reprendre à son compte et intégralement le récit que Pindare a fixé. À un détail près pourtant. Ici, Médée ajoute à ses précédents crimes le meurtre de ses enfants. L'un après l'autre, elle les égorge. Calmement, avec amour, pourrait-on dire. Et, fait exceptionnel dans la tradition tragique grecque, elle revendique son acte. À aucun moment, comme avaient pu le faire les parricides Hercule et Agamemnon, elle ne dénonce la volonté maligne des dieux pour se disculper. Infanticide elle s'est voulue, infanticide elle restera. Pour l'étrangère, la “métèque” d'Asie mineure, qu'elle est demeurée, la vie, la sienne, celle des autres, aurait-elle une moindre valeur à ses yeux qu'aux yeux des Grecs ? A-t-elle agi pour épargner à ses enfants la barbarie des hommes de Créon ? A-t-elle voulu, pour en finir, infliger à Jason, leur père, une vengeance ultime qui soit à la mesure de sa trahison ? Le refoulé trop lourd de ses culpabilités appelait-il en contrepartie des crimes commis pour l'amant, le crime des crimes commis cette fois contre lui ? A-t-elle espéré, s'abandonnant à une telle frénésie d'autodestruction, rejoindre Jason dans son néant et ne plus le quitter ? Ou au contraire, a-t-elle voulu, en supprimant les derniers témoins de sa passion recommencer sa vie, sa vie non seulement sans Jason, mais sa vie d'avant Jason ? C'est cette dernière hypothèse que l'épilogue, dans sa surprenante sérénité, semble privilégier. En vérité, de quelque façon qu'on s'en approche, il ne manque pas de raisons, formulables ou pas, intelligibles ou non, au double infanticide de Médée. Le miracle, avec Euripide, ou le scandale comme on voudra, c'est que la meurtrière gagne en mystère lorsqu'on essaie de la percer à jour ; en séduction lorsqu'on s'efforce de la confondre ; en humanité lorsqu'on voudrait la décréter sauvage. Mieux encore : notre sympathie pour elle croît dans le temps même que croît notre conscience de sa monstruosité. Médée ne mendie pas notre compassion ; elle ne nous invite pas, pas plus qu'elle n'invite les femmes du chœur, à oublier l'immémorial interdit qui frappe ses derniers crimes ; mais elle passe outre, et fascinés autant que transis d'horreur, nous passons outre avec elle. À l'issue du siècle qui s'achève, le plus inventif mais le plus barbare aussi qu'aient connu les hommes, il faut en prendre son parti : avec Médée, personne, après lui, de Sénèque à Corneille, de Delacroix à Pasolini, de Vauthier à Heiner Müller, n'aura été plus loin, n'aura été plus vrai, plus direct, moins rhétorique qu'Euripide, dans ses explorations de l'abyssale ambivalence de l'animal humain. C'est par une mythologie de cinéma que j'accède à Médée, une Médée qui transitant d'abord par les figures familières du fait divers, et les “mères-monstres” de notre actualité, accéderait peu à peu au sublime, à l'étanche de la tragédie, dans une espèce d'étonnement, presque d'indifférence, face à ses propres crimes. Relayé par celui d'Isabelle Huppert, le mythe de Médée deviendrait alors la figure au féminin du monstre qui nous habite, familier, déchirant, et pour jamais étranger à nous-mêmes. Jacques Lassalle

Distribution

Traduction Myrto Gondicas et Pierre Judet de la Combe
Mise en scène Jacques Lassalle
Décor Rudy Sabounghi
Costumes Emmanuel Peduzzi
Lumière Franck Thévenon
Son Daniel Girard
Coiffures maquillages Cécile Kretschmar
Assistante à la mise en scène Lucie Tiberghien
Assistante au décor Kathy Lebrun
Avec : Isabelle Huppert (Médée), Anne Benoit (La nourrice), Jean-Quentin Puymartin (Châtelain Jason), Michel Peyrelon (Le pédagogue), Jean-Philippe Puymartin (Égée), Emmanuelle Riva (Le chœur), Pascal Tokatlian (Le messager), Bernard Verley (Créon), Olivier Barrère (Le passeur) et Itto et Meimoun Mehdaoui (Les enfants)
Régisseur général Laurent Matignon
Régisseur lumière Didier Peucelle
Régisseur son Frédéric Viènot
Régisseur plateau Pascal Rivaud
Maquilleuse Véronique Nguyen
Habilleuse Annick Serret
Construction du décor Atelier du Festival d'Avignon
Chef décorateur Philippe Varoutsikos
Décorateurs Véronique Blaison, Philippe Campana, Lise Miara et Christiane Russier
Constructeurs Alain Chareyre, Philippe Mougin, Eric Pizzato, Alain Qinto et les équipes techniques du Festival d'Avignon
Réalisation des costumes Mantille & Sombrero

Production

Production Festival d'Avignon en coproduction avec la Compagnie Pour Mémoire, le Théâtre du Gymnase/Marseille, l'Odéon-Théâtre de l'Europe, La Coursive-scène nationale de La Rochelle avec la collaboration du Théâtre national de Toulouse Midi-Pyrénées
Avec le concours de l'Adami
Avec le soutien de Dexia-Crédit local de France, de Pierre Bergé, Yves Saint Laurent et du Centre de documentation Yves Saint Laurent
Remerciements à Bernard Yannotta et à Georges Moretti
Le texte de la pièce est publié par les éditions Comp'Act