Claude Régy

L'insatiable curiosité de Claude Régy, lecteur des plus grands dramaturges contemporains, se double d'une volonté farouche de trouver les formes les plus exigeantes pour faire entendre les mots des poètes. Avec sa compagnie – Les Ateliers contemporains –, il a fait découvrir Marguerite Duras, Nathalie Sarraute, Harold Pinter, Edward Bond, Peter Handke, Botho Strauss, Jon Fosse, Arne Lygre, Fernando Pessoa, Tarjei Vesaas et Maurice Maeterlinck, dont il présente Intérieur en 1985 et La Mort de Tintagiles en 1996. La recherche de textes s'accompagne d'une envie de creuser sans cesse des formes qui permettent d'aller toujours mieux dans le sens, dans la vérité des paroles prononcées par des acteurs profondément habités. Revendiquant un véritable cérémonial du théâtre, affirmant la force des silences, construisant des espaces de représentation où les lumières portent vers l'épure, Claude Régy est devenu un « maître ». Plus de soixante mises en scène témoignent de cette recherche permanente sans laquelle il ne peut y avoir, pour lui, de théâtre vivant. En essayant « de faire bouger les seuils de perception autant pour l'oreille que pour l'oeil », il s'impose une exigence de travail qu'il veut partager avec les spectateurs à qui il demande la plus grande attention pour que les mots s'écoutent et que les gestes s'observent. JFP, avril 2014 © portrait photo Julien Bourgeois

Portrait de Claude Régy © portrait photo Julien Bourgeois